Le tour de la question

Espace de discussions dont le sujet principal est le basket-ball et plus particulièrement l'actualité de l'Élan Béarnais.

Modérateurs : Joruus, Modérateurs

RadioBrunooo
Joueur de banc de l'Elan
Avatar de l’utilisateur

Messages : 1512
Enregistré le : 07 nov. 2012 16:44

Le tour de la question

Messagepar RadioBrunooo » 12 mars 2018 19:24

Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur l’Elan et surtout tout ce que vous n'avez jamais osé demander.

"Grâce aux forums de supporteurs, aucune des grandes questions que se posent les dirigeants ne restera sans point d'interrogation."
Evgeni FLOWSKY, philosophe du sport (2018).

La première question ce soir, vers 21 heures.

Jaco11
Champion Clamart 2015-2018
Avatar de l’utilisateur

Messages : 9711
Enregistré le : 30 oct. 2009 23:23
Localisation : 78

Re: Le tour de la question

Messagepar Jaco11 » 12 mars 2018 19:36

On attend avec impatience ! :o
Go Elan GOOOOOOOO !!! :wink:

peones4
12ème homme de l'Elan
Messages : 971
Enregistré le : 12 avr. 2014 11:45

Re: Le tour de la question

Messagepar peones4 » 12 mars 2018 20:02

Euuuuuh q'est-ce qu'on attend avec impatience ? J'ai du louper un épisode là ...

matt64
Joueur de banc de l'Elan
Messages : 1320
Enregistré le : 19 oct. 2006 17:09

Re: Le tour de la question

Messagepar matt64 » 12 mars 2018 21:01

RadioBrunooo a écrit :Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur l’Elan et surtout tout ce que vous n'avez jamais osé demander.

"Grâce aux forums de supporteurs, aucune des grandes questions que se posent les dirigeants ne restera sans point d'interrogation."
Evgeni FLOWSKY, philosophe du sport (2018).

La première question ce soir, vers 21 heures.
peones4 a écrit :Euuuuuh q'est-ce qu'on attend avec impatience ? J'ai du louper un épisode là ...

Ben la 1ere question. Et tu viens de la poser. Bon avec 1h d'avance mais quand même. Félicitations !

RadioBrunooo
Joueur de banc de l'Elan
Avatar de l’utilisateur

Messages : 1512
Enregistré le : 07 nov. 2012 16:44

Re: Le tour de la question

Messagepar RadioBrunooo » 12 mars 2018 21:02

La promotion de Laurent Vila, ça change quoi ?

Pas grand-chose à vrai dire. Les joueurs sont les mêmes, avec leurs qualités et leurs faiblesses.
Les adversaires et les arbitres aussi. Le championnat a changé de nom, mais il est toujours
aussi indiscipliné. Pas moyen que les gros se fassent respecter par les petits. L’Asvel a changé
de coach. Rien de bien neuf sous le soleil. Que tu mettes Pierre, Paul, Serge ou Laurent comme
head coach, ça ne change qu’un petit paramètre, finalement.

L’Elan avait un coach belge porteur de bien des promesses. Un gars qui faisait bosser dur à
l’entraînement. Un gars qui avait des principes de jeu alléchants. Un gars avec plusieurs cordes
à son arc. Il allait apporter des idées pour développer le club. Après une série de victoires dont
une prestigieuse à Beaublanc, c’était un héros, un « excellent coach avec un projet de jeu », la
« bonne pioche ». Tout le monde l’encensait. Il était devenu un bon client dans les médias,
attirant micros et caméras. Suite à une série de contre-performances, il est devenu un « coach
limité », « sans capacité d’adaptation », « n’ayant plus l’oreille de ses joueurs ». Des jugements
excessifs, dans un sens comme dans l’autre. Toujours est-il que le seul juge de paix en sport, le
résultat, l’a condamné.

Le nouveau nommé, Laurent Vila, c’est un ancien de la boutique. Il a connu la formation, il a
occupé le poste d’assistant pendant de longues saisons. Il a même endossé un moment le costume
de sauveur à la tête d’un effectif ingérable. Son parcours, c’est le genre de trajectoire qui doit
logiquement vous mener vers la promotion un jour ou l’autre. Laurent Vila était un candidat
naturel à la succession d’Eric Bartecheky. Sans succès. Tout comme dans une entreprise ou dans
une administration, les places sont chères. Les réseaux sont tenaces. Il faut parfois savoir vendre
du rêve ou avoir les dents plus longues que celles du concurrent.

Les patrons des clubs confient rarement les clés du camion à l’assistant, sauf par obligation ou
juste en intérim. Et pourtant, l’assistant est parfois plus proche des joueurs que l’entraîneur
principal. Il les connaît parfaitement. Il travaille avec eux au quotidien. Il a souvent participé au
développement des espoirs du club.

La nomination de Laurent Vila et le recrutement d’un assistant qu’il a désiré semblent inscrire
cette option dans la durée. Et là, ça change tout. Parce que ce choix de Laurent Vila, même s’il
est opportuniste, récompense la compétence d’un homme de terrain, la fidélité, la persévérance,
le mérite. Ce sont des valeurs qui devraient porter une institution comme l’Elan. Faire ce choix
maintenant, c’est reconnaître qu’ « on » s’est sûrement trompé, qu’ « on » accepte cette erreur
et qu’ « on » en tire une leçon pour l’avenir.

Ce changement de paramètre ne changera certainement pas radicalement la trajectoire sportive
de l’équipe pour cette saison. Mais s’il est le signe d’une affirmation de certains principes dans
les choix futurs, je suis preneur.

Je vous laisse faire le tour de la question.

RadioBrunooo
Joueur de banc de l'Elan
Avatar de l’utilisateur

Messages : 1512
Enregistré le : 07 nov. 2012 16:44

Re: Le tour de la question

Messagepar RadioBrunooo » 21 mars 2018 18:25

Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur l’Elan et surtout tout ce que vous n'avez jamais osé demander.

"Lorsqu'on est Béarnais, être contre Limoges, c'est une logique de naissance, un héritage culturel. Henri IV était contre Limoges."
Evgeni FLOWSKY, philosophe du sport (2018).

Une deuxième question ce soir, vers 21 heures.

RadioBrunooo
Joueur de banc de l'Elan
Avatar de l’utilisateur

Messages : 1512
Enregistré le : 07 nov. 2012 16:44

Re: Le tour de la question

Messagepar RadioBrunooo » 21 mars 2018 20:40

Qui veut gagner un Pau –Limoges ?

Cette question ne se pose que sur les forums de supporteurs de l’Elan ou du CSP. L’enjeu de
ce match est maintenant ignoré par les médias nationaux. A l’heure où on se préoccupe de
savoir si on laisse une vis dans le pied d’un vacancier au Brésil ou si le Ballon d’Or va payer
ses impôts, un Pau-Limoges n’intéresse plus grand monde. Il est loin le temps où la une de
l’Equipe s’offrait à ce duel au sommet. Et pourtant, avant chaque affiche, les archives
réapparaissent dans la presse locale et les souvenirs refont surface chez les supporteurs.
Cette année, notre curiosité a été récompensée par le film The Derby d'Anthony Goods.

Une fois sur le terrain, c’est autre chose. Côté Limoges, pour ce match, deux joueurs avaient
manifestement envie de gagner. Morency et Conklin. Limoges avait bâti une équipe pour jouer
l’Eurocup et le Championnat. Pas pour battre Pau. Ni à l'aller, ni au retour. Du coup, à deux,
c’était trop juste pour battre les dix Palois qui ont fait le boulot. Il ne faut pas croire que les
hommes de Laurent Vila se sont transcendés pour battre un rival détesté devant l’Eternité.
Mais il y a eu l’énergie, la volonté, la réussite des uns compensant le manque de réussite des
autres.

Dans l'équipe béarnaise, il y a deux joueurs formés au club, Okobo et Cavaliere. Ce dernier
clame haut et fort son attachement à l’Elan. Il y a aussi quatre autres joueurs qui ont signé
un contrat d’une durée supérieure à un an, Bokolo, Koffi, Chikoko et Pinero. Je crois qu’il n’y
a pas de surprise. Ce n’est qu’en s’inscrivant un minimum dans la durée qu’on peut espérer
obtenir un supplément d’âme dans un match un peu spécial. Les Américains Dowe et Horton
sont-ils nettement supérieurs à Hayes et Carter ? Certainement pas, mais ils sont mieux
accompagnés.

Le résultat d’hier est certainement aussi le fruit du contexte. Pour ces deux équipes, les
dynamiques se sont inversées depuis le mois de décembre. Mais quoi de mieux qu’un match
comme celui-ci pour sonner la révolte ? Un match où on comprendrait que tu t’engages un peu
trop ou que tu t’enflammes. Hier soir, aucun risque de ce genre côté Limoges, on pouvait
dormir tranquille. A vrai dire, depuis le départ de Moerman, Limoges n’a plus eu ce genre de
joueur qui peut vous mobiliser pour renverser une tendance.

Ce qui est inquiétant pour les supporteurs des deux équipes, c’est que cette affiche perd de
plus en plus de sa superbe au détriment d’un SIG-Monaco ou d’un Nanterre-ASVEL. A ce rythme,
le Clásico sera bientôt une finale de la Coupe de la Nouvelle Aquitaine. En Cadets. L’Histoire,
c’est sympathique. S’y référer peut s’avérer dramatique quand on s’aperçoit que tout a foutu
le camp, ma pauvre dame.

Pau et Limoges ne sont plus en haut de l’affiche. Mais ces deux clubs peuvent conserver une
identité et garantir à leurs supporteurs un niveau d’engagement sur le terrain. L’exemple parfait,
à mes yeux, c’est Yannick Bokolo, qui a parfois été critiqué sur ce forum. Le garçon va sur ses 33
ans, il n’a plus rien à prouver, il n’est plus un joueur phare du championnat. Et pourtant, quand il
entre sur le terrain, il est à fond. Il défend dur, il ne lâche pas. Il échange avec le coach. Ce sont
ces attitudes-là qui vous font une équipe.

Tout ce que je souhaite, c’est que l’Elan puisse être aussi pertinent dans le choix de ses futurs
acteurs. Il nous faut des joueurs qui aient envie de battre Limoges. Pour que nous puissions revoir
les images d’archives avec plaisir et non avec dépit. Et si Limoges peut recruter deux ou trois
guerriers, je veux bien aussi. Sinon, la saison prochaine, on programme le Classique un 14 février.
On prévoit une entrée des joueurs sur Imagine de John Lennon, avec une distribution de fleurs
dans le public avant le match…

Je vous laisse imaginer le tour d'honneur et refaire le tour de la question :
Qui veut gagner un Pau –Limoges ?

Tigre de Sants
Joueur de banc de l'Elan
Messages : 1513
Enregistré le : 10 nov. 2008 22:03

Re: Le tour de la question

Messagepar Tigre de Sants » 22 mars 2018 9:02

Excellente réflexion RB!
C'est marrant, on part du principe que ce sont toujours les supporters du CSP les plus virulents, à domicile comme à l'extérieur (encore que je les ai trouvé plutôt calmes devant le niveau de jeu assez affligeant proposé par leur équipe), et au final on constate qu'ils n'ont effectivement pas l'équipe qu'ils méritent : très peu de guerriers à qui l'histoire du club - et du classico - parle et aucune inscription dans la durée.
Finalement, le retentissement du classico au niveau national, j'ai envie de te dire qu'on s'en fout un peu : aucune des deux équipe ne joue les 1ers rôles, le temps a passé. Mais
pour un mardi, l'affluence n'était pas mal du tout, comme l'ambiance. Moi j'y étais en famille. On était tous à fond, il y a quand-même une tradition qui perdure et on sent que ce n'est pas un match comme les autres.

PapyBear
Joueur parti s'aguerrir en Pro B
Messages : 669
Enregistré le : 03 janv. 2008 16:32
Localisation : Gironde

Re: Le tour de la question

Messagepar PapyBear » 22 mars 2018 9:31

Merci RB, d'apporter un peu de fraîcheur sur le forum, pollué par les pensées fumeuses d'un olibrius qui joue les trolls sans en avoir conscience.
Je crains que le manque d'enthousiasme ne touche tout le basket. Baptiser ce championnat du nom d'un tape-cul américain de la guerre 39/45, c'est déjà chercher à dégoûter le monde.
Que peut faire le mordu de basket? Espérer que la Sig gagne enfin une finale? Que Bourg soit champion? Tu parles d'un rêve


Retourner vers « ÉLAN BÉARNAIS PAU-LACQ-ORTHEZ »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités